mardi 19 juillet 2016

Ode à l'île de Ré

                                           Le tour de l’île

                        À l’arrivée, le grand pont aux multiples arches
                        Forme comme un immense cintre en arcature
                        Et déplie son long tablier qui se détache
                        Devant nous sur fond de ciel et de verdure.

                       Aujourd’hui, le ciel moutonneux rejoint l’horizon,
                       Irradiant de sa lumière la belle saison
                       D’été, lumière diaphane si particulière
                       Qui, avant de s’effacer, se mire dans la mer.

                       , aux formes tourmentées, s’éveille enfin,
                       S’étire comme un déesse languide
                       Posée doucement sur une mer sans rides
                       Qui clapote et frissonne dans le lointain.

                        À Saint-Martin, les touristes se pressent en grappes,
                       Se baladant autour du port et sur la place,
                       Patientant devant l’étal des marchands de glace
                       Avant de partir s’adonner à leurs agapes. 

                        Demain, nous irons à la pêche à pied,
                       Armés d’une épuisette et d’un grand seau,
                       Le déjeuner dans un panier d’osier
                       Pour pêcher sous la surface des eaux.

                        Des myriades de vélos vont et viennent, sillonnent
                       Sans fin les pistes cyclables qui quadrillent l’île
                       En tous sens, se croisent, se recroisent et se faufilent
                       Dans les petits chemins en une ronde brouillonne,
                       Au rythme saccadé des nombreux coups de pédale
                       Qui les mènent ici ou là, au gré de ce dédale.

                        Vers Ars-en-Ré, la terre devient incertaine,
                       Investie par les courants des marais-salants
                       Qui se prolongent jusqu’au phare des Baleines,
                       Belle vigie souvent balayée par les vents.


< Ch. Broussas • Île de Ré 2Feyzin ° © CJB  ° • 06/07 2016  >

Île de Ré, île dorée



                   Île de Ré, île dorée
 
Do, ré, ô île dorée,  
      
Do, ré, île d’occident,
Miette dans le vaste océan,      
Farandole d’eau et de terre,   
Solfège de notes salées,
Lascive en son écrin liquide,   
Si belle et si fière,                            
Docile et si languide,   
                   
Do, ré, do, ré, do          
Ô Ré, mon crédo,         
Mirage des fées, 
Belle île dorée.    

 < Ch. Broussas • Île de Ré 1Feyzin ° © CJB  ° • 06/07 2016  >