dimanche 30 mars 2014

Georges Perros

<<<<<<<< Georges Poulot dit Georges Perros (1923-1978)  >>>>>>>>

« Qu’a donc écrit Georges Perros » demande-t-on parfois ? Il est vrai que la poésie [1] n’est plus guère dans l’air du temps et que sa prose est faite de « Papiers collés », du nom de son recueil de réflexions griffonnés sur des bouts de papier [2] ou de Télénotes, ensemble de critiques littéraires et télévisuelles. [3]

Ce parisien va tomber amoureux de la Bretagne et partir s’installer avec femme, enfants et leur maigre bagage à Douarnenez à partir de 1959, saisi par « l’éblouissement provoqué par la mer. » Paris le fatigue, la routine de son métier de comédien à la Comédie-Française, son travail de lecteur pour Jean Vilar, même si, écrit-il, « aimer lire est une passion, un espoir de vivre davantage, autrement, mais davantage que prévu ».

 Georges Perros
Perros, l'homme à la moto (offerte par Jeanne Moreau)

Il connaît bien ce coin de Bretagne où il séjourne souvent depuis plusieurs années, ce port du Finistère à l’entrée du cap Sizun, à portée de la pointe du Raz. Ici, il est un anonyme, monsieur Georges Poulot de son vrai nom, qui grimpe dans une mansarde au hasard des locations pour s’adonner à ses péchés favoris : lire et écrire. Il écrira dans ses "Papiers collés", que « La solitude tenue n'est ni un exploit, ni un retrait. C'est un plaisir, comme l'incognito. Rien ne prouve que le plaisir soit un phénomène heureux. »

Le quotidien est difficile, surtout pour sa famille, sa femme Tania et leurs trois enfants. [4] Ils déménageront plusieurs fois, d’abord dans une maison de garde Touldriz, « le trou de ronces », dont il dit, « Je suis installé en pleine brousse dans une petite bicoque. Deux pièces, dont une mansarde assez proche de celle de Meudon », mais avec vue imprenable, « là-bas, prise dans un coin du regard, la mer ».

La maison de Georges Perros

Puis ce sera la vie en immeuble, rue Emile Zola, la HLM de la cité Richepin en 1964, enfin une petite maison de pêcheur à l’écart de la ville, située sur le site naturel des Plomarc’h,  au-dessus de la mer, encore une vue imprenable.

Il racontera sa fin tragique, son expérience du cancer du larynx qui le priva de sa voix et allait l’emporter deux ans plus tard, dans une œuvre témoignage qu’il intitula « L’Ardoise magique ».

Citations et commentaires
- « Peut-être que le poème et le fragment de langage le plus utile à l'homme qui veut changer le monde... Etre des hommes avec les hommes. Parler ». Entretien avec Perros, 1975
-
« J'ai très souvent l'impression de ne pas écrire en mon nom, de n'être là que par hasard ». Une vie ordinaire
- « Vivre, c'est enregistrer. Ce qu'on appelle l'inspiration, ce ne sont que les moments privilégiés où la cire humaine trouve aiguille adéquate  ». Papiers collés 1
- « Ecrire, c'est renoncer au monde en implorant le monde de ne pas renoncer à nous ». Papiers collés 1

Notes et références
[1]  Il a écrit à ce propos : « La poésie, pour moi, c'est le temps durant lequel un homme oublie qu'il va mourir. »
[2] Ses réflexions sont mêlées à des études sur la littérature, centrée sur des écrivains comme Kafka, Rimbaud, Hölderlin ou Kierkegaard, s’interrogeant sur l’existence quotidienne.

[3] « Il écrira dans Papiers collés, Moi, à force d'écrire des fragments, j'ai dû en devenir un. »
[4] À Douarnenez il vit avec Tania son amie russe qu'il épouse en 1963, et leurs trois enfants Frédéric, Jean-Marie et Catherine.
 
       <<< • • Christian Broussas • Georges Perros • °° © CJB  °° • • 03/2014 >>> 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire